Vu à la télé

LA COLLINE A DES YEUX 2

de Martin Weisz (2007)

aff

Étrangement, le diptyque "La Colline a des Yeux" version remake reproduit le même schéma que l'original, à savoir un premier épisode tout à fait réussi, tant dans le cas de Wes Craven (1977) que dans celui d'Alexandre Aja (2006), suivi d'une séquelle décevante. Pire, même, car si "La Colline a des Yeux 2" version Craven (1985) se rattrapait quelque peu du fait d'un charme indéniablement nanardesque, son remake de 2007 s'avère des plus ennuyeux, comme la plupart des séquelles tournées par pur opportunisme pécunier. Au-delà de la question de savoir si c'est Craven producteur qui a refusé le scénar de la dream-team Alexandre Aja / Grégory Levasseur en tant que trop extrémiste, ou si au contraire c'est Aja qui n'a pas voulu se compromettre en tournant le script commercial et sans originalité présenté par Craven, on ne peut que constater le manque d'intérêt total suscité par cette production fonctionnaire et sans surprise. Ce coup-ci, c'est une escouade de troufions se baguenaudant dans le désert qui va se retrouver décimée par la fameuse bande de tronches-en-biais, vous parlez d'une affaire... Bref, un plat à peine réchauffé auquel on a déjà goûté, agrémenté à la sauce loup-garou, dans le pitoyable "Dog Soldier" de Neil Marshall (2001), lui-même marchant sur les traces du classique et excellent "Predator" (1987). Mais si le film de McTiernan est resté un modèle d'efficacité en dépit d'un argument scénaristique très basique, c'est qu'il ne se contente pas, comme "La Colline a des Yeux 2", de nous infliger un énième slasher sans âme dans lequel les jeunes cons de service portent un uniforme pour tenter de noyer le poisson. En effet, tout le premier acte de "Predator" s'attachait fort habilement à nous brosser un portrait assez effrayant des futures victimes, en tant que véritables professionnels du massacre, avant que de leur balancer son monstre dans les pattes. Sous-entendu: si de telles machines à tuer se mettent soudain à avoir peur, c'est que ce qu'ils ont à affronter est véritablement épouvantable - bref, une parfaite mise en condition. On ne peut hélas pas en dire autant des jeunes peigne-cul du film de Weisz, tant ils sont peu crédibles dans leurs beaux uniformes de baroudeurs du dimanche, et semblent avoir été directement parachutés d'un quelconque "Scream". On sait dès l'abord, tant la disproportion avec l'adversaire est criante, que l'on est condamné à les voir se faire aligner sans aucune surprise - exception faite du trio de survivants que l'on a bien évidemment identifiés dès les premières minutes - soupir! S'il a autrefois su surprendre en tant que cinéaste par la création de concepts véritablement originaux ("Les Griffes de la Nuit", "L'Emprise des Ténèbres"), Wes Craven semble ne plus rien avoir à dire, qu'il oeuvre comme producteur ou comme réalisateur. L'homme passe en effet son temps à se remaker (parfois avec bonheur, quand il a la chance d'avoir un Aja aux manettes), à se séquelliser, voire - plus grave - à recycler inlassablement les bonnes idées d'autrefois, à peine maquillées. Ainsi, le nullissime "Scream 3" (1999) - voir "Mollards d'Octobre 2006 - s'avérait déjà un démarquage flagrant du très intéressant "Freddy sort de la Nuit" (1994), de même que les déambulations labyrinthiques des guignols de "La Colline a des Yeux 2" peinent à dissimuler leur parenté avec celles des protagonistes du sympathique "Le Sous-Sol de la Peur" (1991). Et encore, je ne vous parle pas de ses productions les plus hasardeuses, comme par exemple ce remake de 1998 du chef-d'œuvre de Herk Harvey "Le Carnaval des Âmes" (1962) - voir rubrique éponyme - signé Adam Grossman et Ian Kessner, fort heureusement passé inaperçu et qui, à en croire les quelques infortunés qui l'ont subi, est tout à fait digne de l'oubli dans lequel il est tombé. Mais que voulez-vous, tout le monde ne vieillit pas comme Romero ou Cronenberg...

Cliquez sur le lien pour voir la bande-annonce:

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18731951&cfilm=119662.html

meufs

Des gonzesses dans l'armée: franchement, vous y croyez, vous?

_tranglement

...quoique celle-là, ça semble être un bon cou!

trou

Ben ouais, y'a comme un trou dans le scénar...

untitled

Pour le coup, elle est borgne, la colline!

chauve

...et elle perd ses cheveux, aussi!

sale__tat

Même pas mal!

empalement

Là, quand même, ça pique un peu!