Comics

WORLD'S FINEST COMICS ARCHIVES -

Vol 1

par Edmond Hamilton, Alvin Schwartz, Bill Finger, Curt Swan &

Dick Sprang (DC - coll "Archive Editions" - 1999)

couv

On ne présente plus "World's Finest Comics", magazine célèbre pour avoir régulièrement présenté des "team-ups" Superman / Batman de Juillet 1954 à Janvier 1986, date à laquelle il devait disparaître des comics-shops avec son #323. Curieusement, l'idée de réunir les deux icônes de DC dans une série d'aventures communes n'était pas au départ aussi évidente qu'elle peut le paraître de nos jours. Lorsqu'au printemps 1941 sort le premier numéro de "World's Best Comics" - qui ne deviendra "World's Finest Comics" qu'à partir du #2 - Superman et Batman font déjà partie du sommaire en tant que locomotives, au milieu de nombreuses autres séries, mais dans des histoires distinctes, chacun vivant de son côté ses propres aventures (1). Le comics compte alors 96 pages, et il en sera ainsi jusqu'au #70 de Mai 1954, date à laquelle DC se trouve confronté à de triviales contraintes d'économie de papier et se voit dans l'obligation de réduire le titre de moitié pour le passer à 48 pages. Une fois éliminées les séries les moins plébiscitées des lecteurs, quatre subsistent: Superman et Batman, bien évidemment, ainsi que Green Arrow et Tomahawk (les aventures d'un trappeur qui inspirèrent lourdement le célèbre fumetto "Blek Le Roc"). Problème: il n'y a place que pour trois séries dans le nouveau "World's Finest Comics", et les éditeurs se refusent absolument à sucrer l'une ou l'autre. C'est alors que quelqu'un se souvient de "Superman" #76, paru deux ans auparavant (Juillet 1952), comics dans lequel le scénariste Edmond Hamilton avait eu le premier cette riche idée de réunir le "Man of Steel" et le "Caped Crusader" dans une aventure commune. Dès lors, il suffit de systématiser le principe du "team-up" Superman / Batman pour résoudre la quadrature du cercle. C'est ainsi que les aventures de "Superman et Batman together" se pérenniseront jusqu'à la disparition du titre (et au-delà!), alors que Tomahawk disparaîtra au #102 pour laisser la place à Tommy Tomorrow, puis à Aquaman qui paraîtra un mois sur deux en alternance avec Green Arrow lorsque le comics passera à 32 pages.

Adonc, ce premier volume des "World's Finest Comics Archives" m'est apparu d'autant plus intéressant que le titre n'a jamais été publié en France autrement que très sporadiquement, y compris à l'époque bénie où Sagédition inondait littéralement les kiosques de revues consacrées à nos deux héros - laissant à Artima le reste de la production DC. On y trouve, dans une impeccable chronologie, l'intégrale 1954-1956 des aventures communes de Supes et Bats (#71 à 85), soit un matériel jusqu'à ce jour inédit chez nous (2). Cerise sur le gâteau, le concepteur a eu l'excellentissime idée d'ouvrir cet album avec "The Mightiest Team On Earth", épisode paru dans ce fameux "Superman" #76 qui consacrait la première collaboration des deux icônes dans l'univers DC, et au cours duquel ils se confient leurs identités secrètes respectives. Plus, groseille en équilibre sur la cerise sur le gâteau: l'ensemble est préfacé par un Mark Waid dithyrambique!

Voilà pour l'historique. Pour ce qui est de la narration, le ton est extrêmement léger, volontiers humoristique, parfois propice au marivaudage, les divers scénaristes cultivant le second degré avec une bonne humeur communicative et dans une ambiance très sitcom. Toutes les variations possibles et imaginables sur le principe du "team-up" sont exploitées, tournant principalement autour du thème de l'identité secrète. On verra ainsi successivement nos deux héros échanger leurs costumes (#71), affronter un E.T. métamorphe prenant leurs apparences (#74), se mesurer dans un concours d'exploits super-héroïques (#76), ou encore se disputer comme deux collégiens les faveurs d'une belle princesse (#85). Entre autres chassés-croisés, l'on assistera également à un "team-up" Superman / Robin (#75), et il convient également de citer cet épisode dans lequel Batman acquiert de super-pouvoirs tandis que Superman perd les siens (#77). Bref, j'ai hâte de me procurer le tome suivant afin de voir à quelles autres variations / inversions schizophréniques se sont encore livrés Edmond Hamilton, Alvin Schwartz et Bill Finger. À cet égard, on soulignera le rôle important joué dans la série par Lois Lane, dépeinte comme une peste que nos deux héros ont toujours dans les jambes, et qui ne tarit pas de subterfuges destinés à percer leurs identités secrètes, ce qui les amène à inventer des ruses de Sioux afin de détourner ses soupçons - d'où les situations insolites et les cocasses quiproquos décrits ci-dessus - comme par exemple lorsque Bruce Wayne se fabrique la tronche de Clark Kent pour que celui-ci puisse apparaître en même temps que l'Homme d'Acier ("Superman" #76).

Par ailleurs, lorsqu'ils ne sont pas aux prises avec la fougueuse journaliste - de loin leur adversaire le plus coriace! - nos héros voyagent accessoirement dans le temps, grâce au personnage récurrent du Docteur Nichols qui les hypnotise pour ce faire. Il en résulte quelques épisodes bien délirants, dans lesquels la fine équipe se voit parachutée dans le Bagdad des "Mille et une Nuits" (#79) pour donner un coup de main à Aladin (Superman se faisant passer pour le génie de la célèbre lampe!), ou encore dans l'univers romanesque d'Alexandre Dumas (#82), où ils remplacent aux côtés de d'Artagnan les Trois Mousquetaires blessés et se montrent fins bretteurs pour l'occasion. Ce dernier épisode, soit dit en passant, suggère qu'Edmond Hamilton a dû étudier l'Histoire de France avec les films hollywoodiens de l'époque, envoyant ses héros sous le règne de Louis XIII et les amenant à rencontrer le roi dans le château de Versailles qui, comme chacun sait, fut construit sous Louis XIV!!! Enfin, signalons le #84, épisode historique au scénario génial qui nous ramène dans le Smallville de Superboy, et où l'on croise un Bruce Wayne adolescent résolvant une intrigue qui, on le verra, aura des répercussions inattendues des années plus tard dans le Metropolis de Superman...

Un mot pour finir sur les dessinateurs: Curt Swan, légende au trait élégant qui dessina Superman durant près de deux décennies (3), assuma la série jusqu'au #79 pour laisser ensuite la place à Dick Sprang, dessinateur régulier de Batman dans un run sensiblement comparable en longévité. La suite au prochain volume, car je suis loin d'en avoir fini avec ces archives DC...

Notes:

(1): Lesquelles aventures individuelles font également l'objet de deux séries d'archives dans la même collection: "Superman: the World's Finest Comics Archives" (un volume paru) et "Batman: the World's Finest Comics Archives" (deux volumes parus).

(2): À deux exceptions près: les #75 et 84, publiés respectivement par Sagédition dans les #2 (Octobre 1967) et 6 (Février 1968) de la revue "Superman & Batman".

(3): C'est d'ailleurs à Curt Swan qu'un Alan Moore respectueux confiera en 1986 le graphisme de la dernière aventure du Superman "pré-Crisis" ("What Happened To The Man Of Tomorrow?") dans "Superman" vol 1 #423 et "Action Comics" #583 (voir l'album "L'Univers des Super-Héros DC par Alan Moore" publié en 2005 par Panini dans la collection "DC Anthologie").

sup_76

"Superman" #76: premier team-up historique

substitution

Variation n°1: Bruce Wayne déguisé en Clark Kent

costumes

Variation n°2: échange de costumes

sup_vs_sup

Variation n°3: Superman s'affronte lui-même

sup_rob

Variation n°4: le team-up Superman / Robin

pouvoirs

Variation n°5: transfert de super-pouvoirs

tapis

Superman fait voler les tapis à Bagdad

mousquetaires

Délirant: les "super-mousquetaires"!

wbc

Historique: le #1 de "World's Finest Comics" avant son retitrage